Le 11 octobre, journée européenne ANTI-TAFTA Communiqué Solidaires

Contre le pacte transatlantique Europe/Etats-Unis

Manifestons contre les multinationales qui veulent imposer leur loi !

La Commission européenne et les Etats-Unis négocient actuellement un traité dit de “libre-échange” le TAFTA (Transatlantic Free Trade Area) dans la plus grande discrétion. Cet accord représenterait un très grand danger pour les populations et l’environnement.

Les multinationales dictent leur loi contre les droits sociaux

Ce traité économique fera du libre-échange sans entrave la règle absolue en matière de droit. La hiérarchie des normes juridiques et des lois serait complètement remise en cause. Les lois du travail, les droits sociaux.... des États membres de l’UE seraient considérablement menacés. Ainsi, les principes de liberté du commerce s’imposeraient devant le droit du travail, de l’hygiène et de la sécurité… Toute multinationale considérant qu’un droit existant fait opposition à ses droits à commercer, s’implanter, faire du profit aurait les nouvelles règles du droit pour elle.

Cette nouvelle hiérarchie juridique permettrait d’accentuer le dumping social partout : droit du travail, protection sociale, assurances sociales... Ils en ont rêvé, le TAFTA le ferait !

Plus encore, au nom d’une concurrence jugée « déloyale », des entreprises privées pourraient attaquer tel ou tel Etat si elles jugent qu’il protège un secteur ou que ses lois en matière de temps de travail, de minimum salarial etc. constituent un obstacle à son implantation dans le pays et donc à la « concurrence libre et non faussée » !

Et l’accord ne prévoit pas de préciser les secteurs auxquels il s’applique, ce qui veut dire que tout ce qui n’est pas explicitement exclu est dans l’accord. Ainsi, si dans les secteurs publics, éducation, santé, transport, etc. l’accord ne fait pas explicitement l’objet de précision, ces secteurs peuvent être l’objet du commerce des multinationales demain et être menacés de privatisations.

Ce traité est donc un Cheval de Troie pour le capitalisme en Europe et aux Etats-Unis. Il pourra s’en servir pour s’attaquer « aux marchés » qui sont encore relativement protégés par les législations concernant les services publics. Il s’agit ni plus ni moins que d’une privatisation des services publics qui en jeu !

La crise écologique aggravée

Mais les menaces sont très grandes dans de nombreux autres domaines : écologie et protection des ressources, agriculture, OGM... La fracturation des sols et leur pollution pour en extraire du gaz de schiste ne poseraient plus de problème au nom des mêmes principes car les lois qui peuvent protéger l’environnement pourront très bien être considérées comme des barrières « non tarifaires », mais des barrières quand même, donc comme étant contraire aux accords signés dans le cadre du grand marché transatlantique. Ils s’attaquent aussi à notre santé ! Les normes sanitaires d’exportation voleraient elles aussi en éclat. Qui a envie d’avoir dans son assiette des poulets désinfectés avec des solutions chlorées comme c’est possible aux États-Unis ? Sans parler des OGM et des risques de libéralisation du commerce des produits toxiques... Qui plus est, la protection de la propriété privée intellectuelle étant plus forte outre-Atlantique, dont celle des brevets pharmaceutiques, ce pourrait être la fin des médicaments génériques moins chers...

Toutes et tous contre le TAFTA !

Ils essayent une fois de plus de nous mettre devant le fait accompli, ils enrobent de leur vocabulaire technocratique les rares informations qu’ils laissent filtrer sur ce traité. Pourtant les capitalistes organisent, en douce donc, une attaque complémentaire aux politiques d’austérité qui rappelle la violence des réformes de Thatcher en son temps et qui ont fait du Royaume-Uni l’un des premiers bastion du capitalisme triomphant.
Avec le Tafta, ce sera bien pire partout !

La résistance s’organise, des collectifs anti-Tafta voient le jour dans de nombreux pays en Europe et continuent de se multiplier en France à travers le territoire. L’Union syndicale Solidaires est membre de ces collectifs.

Les négociations ont commencé mais sont loin d’avoir abouti. Et dans un passé récent, les mobilisations ont fait échec à l’accord général sur le commerce des services (AGCS), aux discussions à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il est donc tout à fait possible d’atteindre notre objectif et de gagner.

Le 11 octobre sera une journée d’actions décentralisées partout en Europe.

Solidaires appelle à faire de cette journée une véritable journée de mobilisation massive pour dire non au Tafta, non à la vente aux enchères de nos droits sur le grand marché capitaliste qu’ils veulent mettre en place !

Mobilisons-nous pour faire échouer ces négociations !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du collectif national Stop TAFTA ! : www.collectifstoptafta.org

19 septembre 2014