Les mairies FN du Var au scanner Coordination varoise contre l’extrême-droite

Avec la ville de Toulon, le Var a connu en 1995 une des premières mairies tenues par le Front National, appelées à l’époque “les villes laboratoire”. L’expérience a été un désastre financier, politique et social de la gestion de la mairie de Toulon par l’équipe de Le Chevalier).

Depuis le 30 mars 2014, le Var compte 3 mairies tenues par le Front National, sur les 14 mairies d’extrême droite au niveau du pays : Cogolin (Marc-Etienne Lansade), Le Luc en Provence (Philippe De La Grange, puis Patricia Zirilli) et Fréjus (David Rachline).

« Tête haute, mains propres » était le slogan du FN dans les années 90... aujourd’hui leur leitmotiv est de clamer qu’ils sont les “candidats anti système", que le FN n’est plus le parti raciste qu’il était, qu’il a changé...

La réalité démontre qu’ils n’ont toujours pas les mains propres, et surtout qu’ils sont les premiers à se servir du système lorsqu’ils en ont la possibilité. La réalité montre aussi qu’ils ont toujours la tête haute... fiers de ne pas être ce qu’ils prétendent, en étant réellement ce qu’ils disent ne plus être...

Les faits, et, presque rien que des faits démontrent que le Front National, loin d’être un "parti nouveau" reste un parti raciste, un parti d’extrême-droite, qui ne défend pas les plus démunis mais les fait payer, ne cherche le pouvoir que pour asseoir son autorité dictatoriale. Il développe sa vision rétrograde et sécuritaire de la société, en bafouant la gestion démocratique de la cité.

« Affront-national » Brignoles, Comité de vigilance Cogolin, Ensemble pour le Luc, Ensemble-83, FSU 83, Confédération Paysanne 83, LDH Draguignan, LDH Toulon, Solidaires 83, Visa 83

Novembre 2015

PDF - 150.7 ko
Les mairies FN du Var au scanner - novembre 2015