Texte conférence de presse (7 février 2012) Collectif varois pour un audit de la dette publique

Dette publique : une arnaque pour faire passer l’austérité

1. Pourquoi un collectif citoyen pour un audit de la dette publique ?

La création du collectif varois répond à l’appel national lancé le 26 octobre dernier pour que la dette publique fasse enfin l’objet d’un vrai débat démocratique. Aujourd’hui on nous dit que la dette est colossale, que le pays est au bord de la faillite. Et au nom de cette situation présentée comme dramatique, le gouvernement met en place une politique d’austérité qui frappe la majorité de nos concitoyens, poursuit une politique de casse de la protection sociale,
de l’éducation nationale, augmente la TVA, réduit le nombre de fonctionnaires… Une politique d’austérité qui a pour effet d’appauvrir la majorité de la population, qui a pour effet de faire croitre le chômage…

On voudrait nous culpabiliser et nous faire porter la responsabilité de la dette. C’est à nous qu’on demande de se « serrer la ceinture » .
Nous demandons des comptes. Nous, citoyens, voulons savoir comment nous en sommes arrivés là ? Pourquoi cette dette ? Comment a été utilisé l’argent ? S’interroger sur la légitimité de la dette est notre devoir, un devoir citoyen. C’est pourquoi nous avons créé un collectif varois pour un audit citoyen de la dette.

2. Pourquoi cette dette ?

L’explication donnée est que la France vivrait au dessus de ses moyens ! On compare ce qui n’est pas comparable : la gestion du budget des ménages à la gestion du budget de l’Etat.

Si les ménages ne peuvent que jouer sur les dépenses, l’Etat lui peut jouer à la fois sur les dépenses et sur les recettes. Or la politique de l’Etat depuis de nombreuses années a été une politique fiscale favorable aux riches, diminuant ainsi les recettes fiscales. Sans les baisses d’impôts sur les grandes entreprises et sur les ménages les plus riches depuis 10 ans, la France aurait eu, notamment en 2006, 2007 et 2008 un excédent budgétaire.

De plus, non content de diminuer les recettes, l’Etat applique une obligation que s’est donnée l’Union Européenne : au lieu d’emprunter auprès de la banque centrale à de très faible taux d’intérêt, l’Etat emprunte aux banques et institutions financières à des taux élevés, Et aujourd’hui les banques empruntent à la Banque Centrale Européenne (BCE) des capitaux à un taux de 1 % puis elles prêtent aux Etats à des taux allant de 5 à 8 % si ce n’est plus. Une
arnaque qui ne peut que gonfler la dette des Etats.

De plus, pour financer leurs investissements et leurs déficits, les Etats deviennent dépendants des marchés financiers qui sont les seuls juges (à la place des populations) de leur politique et imposent un chantage qui remet en cause les principes élémentaires de la démocratie.

3. A qui profite la dette ?

Ainsi le mécanisme d’endettement de l’Etat profite doublement aux banques et aux institutions financières : elles bénéficient des baisses d’impôts des grandes sociétés et elles prêtent aux Etats à des taux élevés des capitaux empruntés à faible taux. Les titres de la dette
publique sont détenus à 99 % (les 1% restant par les ménages) par les grandes institutions financières françaises et étrangères.

4. Qui est concerné ?

Nous sommes tous concernés et nous le sommes à plusieurs titres. En effet, nous allons devoir rembourser la dette de l’Etat mais aussi celles des collectivités territoriales. Des départements, des communes se sont endettés : sur le conseil des banques ils ont emprunté et se retrouvent avec des prêts toxiques, des prêts à des taux élevés. Des prêts dont on nous présente la facture.

5. Alors, doit-on payer cette dette ?

Face à cette situation où la population paye et les banques encaissent, nous ne pouvons que refuser cette dette publique ILLÉGITIME :
- illégitime parce que l’essentiel de la dette publique a été accumulée dans le cadre d’une politique qui a favorisée une infime minorité de riches au détriment de la grande majorité de la population ; illégitime parce qu’elle a été augmenté par le sauvetage des banques et que les états
- n’ont posé aucune condition aux banques qu’ils ont laissé sans contrôle ; illégitime parce que les Etats européens se sont volontairement privés d’emprunter à leur banque centrale ;
- illégitime parce que les recettes fiscales ont baissé à cause des politiques libérales qui se sont appliquées partout dans le monde et montrent non seulement leur inefficacité mais également leur rôle dans l’approfondissement de la crise économique et sociale.

6. Comment agir ?

Face à la dette publique nous n’aurions qu’à accepter de payer nous dit le gouvernement, il n’y aurait pas d’autre solution. C’est ce que nous refusons et c’est pourquoi nous avons crée le collectifs varois pour un audit citoyen de la dette publique. Ce collectif se donne pour
objectifs de :
- expliquer à tous le mécanisme de la dette ;
- inciter les citoyens, les élus à regarder de prés les dettes qui étranglent leur département, leur commune ;
- mobiliser pour refuser la politique d’austérité au nom du remboursement de la dette. ;

et en conclusion :

- refuser la dette illégitime

Collectif varois pour un audit citoyen de la dette publique

Premiers signataires : ATTAC Var, LDH, CGT, FSU, Solidaires, EELV, NPA, PCF, PG, Alternatifs, FASE, Partit Occitan.