Le syndrome de Stockolm Billet d’humeur de nos ami-e-s du Progrès Social

Solidaires Var ne résiste pas à l’envie de vous livrer le billet d’humeur de nos ami-e-s du Progrès Social écrit pour leur édition numéro 12 du 24 mars 2016. Ce billet nous semble toujours d’actualité alors qu’Emmanuel Macron vient de lancer, il y a quelques jours un mouvement politique nouveau "En marche"...

Il y a des choses qu’on a parfois du mal à expliquer et qui témoignent d’une confusion, voire d’une schizophrénie qui a gagné l’opinion publique. Ou plutôt, devrait-on dire, une petite partie de cette opinion : en l’occurence, 1017 personnes majeures ayant été sollicitées pour répondre aux questions - lesquelles, ce n’est pas précisé -d’un sondage commandé par le journal Les Echos et Radio Classique à l’institut de sondage Odoxa-FTI Consulting.

Du sondage en question, il ressort que 87% "des français" jugent mauvaise la politique économique du gouvernement, 58 % la trouvant par ailleurs trop orientée en faveur des chefs d’entreprises. Mais le plus étonnant vient ensuite : la même enquête révèle en effet que la personnalité politique la plus séduisante est... Emmanuel Macron. Donc, si l’on résume, une large majorité des sondés expriment un violent rejet de la politique menée depuis quatre ans par le gouvernement, tout en déclarant sa flamme à celui qui en est le principal instigateur... Emmanuel Macron, profil typique de "l’homme de réseau" qui fait des allers-retours entre la sphère financière et l’exécutif, a été secrétaire général adjoint de la présidence de la République dès le mois de mai 2012 et l’un des principaux conseillers de Hollande dès avant cette date ; c’est par exemple lui qui, en même temps que le candidat "socialiste" déclarait publiquement "la guerre à la finance", cavalait à la City pour dire à ses copains banquiers de ne pas trop s’effrayer de ces annonces purement électorales ; il a enfin donné son nom à une loi qui déjà en 2014, facilitait les licenciements en période de chômage de masse. Et ce n’est là qu’un aperçu de ses nombreuses aptitudes.

Même si ce n’est qu’un petit sondage, d’autres faits actuels témoignent de cette désorientation et font irrémédiablement penser au fameux "syndrome de Stockolm", que le psychanalyste Sandor Ferenzi décrivait dans un de ses ouvrages comme "une identification à l’agresseur" et une "modalité psychique d’adaptation à toutes sortes de situations traumatiques".

Victor Gabriel, Le Progrès Social n° 12.


Pour soutenir ou s’abonner au Progrès Social, c’est ici.

Navigation