STOP aux licenciements, au chômage, à la précarité

Le mépris du gouvernement Sarkozy et du patronat face aux exigences exprimées dans les mobilisations n’est plus tolérable. Les 2,6 milliards sensés amortir le choc social pour les salarié-es et les chômeurs/euses sont scandaleusement dérisoires face aux centaines de milliards accordés aux banques et au patronat.

Télécharger le tract complet ci-dessous.