NAO chez Orange : des salaires sous pression ! Communiqué de la fédération SUD PTT

Augmentations : un minimum de collectif...

Les négociations salariales d’Orange SA confirment les priorités de la direction du Groupe. Un minimum de collectif, de l’habillage social pour les premiers niveaux de salaire, les seuls pour qui les mesures proposées soient réellement significatives, tout en restant différenciées entre les catégories. Pour le plus grand nombre, la progression du salaire se situera au mieux autour de 1%.
Des mesures collectives et d’égalités professionnelles sont certes maintenues mais pour la direction d’Orange l’essentiel est ailleurs. L’accord salarial devient l’outil majeur pour accompagner au cas par cas ses enjeux de déflation massive des effectifs.

... du discrétionnaire

Entre un quart et un tiers du budget de l’accord salarial proposé à la signature sera donc consacré à « accompagner la mise en oeuvre des évolutions prévues par la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences » .... sic !
Les augmentations salariales promises dans ce cadre, totalement discrétionnaires accompagneront « les évolutions répondant aux enjeux de l’entreprise dans le développement de son activité et nécessaires aux besoins de compétences individuelles et collectives de demain, quels que soient le statut ou le niveau d’emploi. » Ca a le mérite d’être clair !
A l’heure où les annonces de réorganisations massives se multiplient, où les ambitions de gains de productivité affichées par le Groupe sont colossales, l’entreprise aura beau jeu d’habiller de volontariat des acceptations de mobilité fonctionnelle et/ou géographique, d’élargissement des tâches, de charge de travail accrue…

... et pas de véritables reconnaissances.

Les aspirations à une vraie reconnaissance sont énormes, elles sont légitimes. Les évolutions professionnelles exigées de toutes et tous depuis de longues années sont considérables dans un secteur en profonde transformation.
Orange ne peut prétendre les satisfaire en refusant une négociation sur les parcours et les évolutions professionnels tels que SUD et d’autres syndicats les revendiquent tout en instrumentalisant les négociations salariales.
SUD ne signera pas un accord aussi contraire à l’intérêt général des salarié-es.

18 avril 2014