Ferme des 1000 vaches : Soutien aux militant-e-s de la Confédération Paysanne

Le 1er juillet, le procès des 9 militant-e-s de la Confédération Paysanne poursuivis suite aux actions menées sur le site de l’usine des 1000 vaches, dans la Somme, a été reporté au 28 octobre.

Pour l’union syndicale Solidaires Var, il s’agit clairement d’une volonté de criminaliser l’action syndicale et de laisser le promoteur de l’usine des 1000 vaches poursuivre son projet, pour l’instant soutenu par les pouvoirs publics (autorisations préfectorales).

Nous soutenons les militants aujourd’hui incriminés, qui s’opposent courageusement à une industrialisation de l’agriculture qui ne profite qu’à quelques grands groupes privés comme Ramery ou Senoble (qui commercialiserait le lait), sans tenir compte des populations, et au mépris des conditions sociales et environnementales.

Le 28 octobre, avec l’Union syndicale Solidaires, nous participions donc au rassemblement de soutien massif organisé à l’initiative de la Confédération Paysanne, afin de transformer le procès injuste des militants syndicaux en procès de l’industrialisation de l’agriculture et de la criminalisation de l’action syndicale.

Depuis mi septembre, environ 500 vaches sont arrivées sous escorte policière. Des militant-e-s de l’association locale, NOVICEN, et de la Confédération Paysanne ont bloqué l’usine pour empêcher la récupération du lait.

Par ailleurs, l’extension de la ferme au-delà des 500 vaches sera certainement demandée par Ramery : il faudra un nouveau dossier d’autorisation (de 500 à 899 vaches, l’enquête publique est diligentée suivant le bon vouloir de la préfecture et au-delà de 900, l’enquête est obligatoire). Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et ne pas autoriser d’extension.

L’union syndicale Solidaires exige la relaxe des militant-e‐s de la Confédération Paysanne.

Toulon, le 28 octobre 2014

PDF - 25.7 ko
Communiqué de presse - Soutien aux militants de la Confédération Paysanne